Accusées d’avoir mis en place un système d’espionnage à l’égard de salariés de la filiale française d’Ikea, quinze personnes, dont des ex-dirigeants du groupe et des policiers, sont jugées dans un procès qui a débuté, lundi, au tribunal correctionnel de Versailles.