Certains gènes neuronaux connaissent un pic d’activité après l’arrêt du cerveau, continuant de développer des cellules comme s’ils croyaient à une possible résurrection. De quoi interroger sur la définition même de la mort.