Les écoliers qui ont dû poursuivre leur scolarité depuis chez eux au printemps 2020 ont-ils été retardés ou pénalisés dans leurs apprentissages ? Présenteront-ils des lacunes durables ? Il est aujourd’hui difficile de se positionner avec si peu de recul. Toutefois, plusieurs études ont été lancées et des indices commencent à émerger. Une épidémiologiste, un sociologue et un professeur de psychologie du développement nous donnent leur point de vue sur la question.

Un article à retrouver dans le prochain numéro du magazine de l’Inserm

QuiTuSais
lun 29 mar 2021 – 10:11