Une nouvelle étude, publiée mardi sur le site de l’Institut Pasteur, conclut qu’en raison du variant dit “anglais”, il faudrait que 90 % de la population adulte soit vaccinée avant de pouvoir revenir à une vie normale sans risque de rebond épidémique.