La proposition de loi pour la reconnaissance d’un État palestinien, qui devrait être adoptée mardi par l’Assemblée nationale, divise la classe politique française toute entière, soulevant le débat au sein même des partis.