Mal-aimé des Français, le vaccin d’AstraZeneca est pourtant un pilier de la stratégie vaccinale du pays qui doit entamer son déconfinement au mois de mai. L’exécutif réfléchit actuellement aux moyens de calmer la défiance de la population en attendant de pouvoir miser sur d’autres sérums.