Condamnés en Italie pour des actes de terrorisme commis dans les années 1970-1980, les neuf ex-membres des Brigades rouges italiennes arrêtés en France ont finalement été relâchés, jeudi, sous contrôle judiciaire strict, le temps que la justice examine la validité des demandes d’extradition de Rome.