Faute de preuves, la justice allemande abandonne les poursuites contre un octogénaire, inculpé en janvier pour meurtres lors du massacre d’Oradour-sur-Glane en 1944, le pire commis en France par les forces nazies lors de la Seconde Guerre mondiale.