Le Premier ministre Manuel Valls a appelé, mardi, à la plus grande vigilance car “il n’existe aucun lien” entre les drames de Dijon et Nantes. À la demande de François Hollande, une réunion ministérielle est néanmoins prévue ce jour.