Le maire de Champlan, accusé par des élus et des associations d’avoir refusé l’inhumation d’un bébé rom dans sa commune, en banlieue parisienne, a nié, dimanche, cette version des faits. L’édile affirme qu’il s’agit d’une “mauvaise interprétation”.