L’unité nationale proclamée après l’attentat contre Charlie Hebdo s’est fissurée, jeudi, autour de l’organisation de la marche républicaine, dimanche, à Paris. Se disant exclue du défilé, Marine Le Pen a dénoncé une “vaste escroquerie politicienne”.