Quelques heures après l’attentat contre “Charlie Hebdo”, des soutiens financiers et logistiques ont afflué de toute part pour sauver l’hebdomadaire satirique. Un pied de nez à ceux qui voulaient en faire cesser la parution.