Après l’attentat contre “Charlie Hebdo”, un mouvement “Je ne suis pas Charlie” a vu le jour sur les réseaux sociaux. Derrière ce groupe se cachent surtout des internautes moins attachés à l’hebdomadaire satirique qu’à la liberté d’expression.