Le Premier ministre français, Manuel Valls, a reconnu vendredi des “failles” dans le renseignement après les attaques terroristes à Paris. Le “Washington Post” parle de “défaillances” récurrentes au sein des services hexagonaux.