Au lendemain des attentats qui ont frappé la France, les professeurs se sont trouvés confrontés aux questions, à l’incompréhension, et parfois à la fronde d’élèves qui rejettent le mouvement “Je suis Charlie”.