À deux mois des élections israéliennes, Benjamin Natanyahou n’a pas hésité à utiliser le choc des attaques terroristes contre “Charlie Hebdo” et un supermarché casher à des fins électoralistes, entretenant le profond malaise des juifs français.