Les premières peines, lourdes, pour “apologie du terrorisme” sont tombées en France quelques jours après les attentats à Paris. Plusieurs personnes glorifiant les actes des jihadistes Kouachi ou Coulibaly ont été condamnés à de la prison ferme.