Les huit hommes et quatre femmes interpellés vendredi dans le cadre de l’enquête sur les attentats parisiens passeront 24 heures supplémentaires en garde à vue. Elles sont suspectées d’avoir apporté un “possible soutien logistique” aux trois tueurs.