Il existe en France un apartheid territorial, social et ethnique, a estimé mardi Manuel Valls, insistant sur l’urgence d’apporter des réponses aux problèmes de citoyenneté, après les attentats jihadistes qui ont endeuillé le pays.