Lors de ses vœux à la presse, mardi, Manuel Valls a déploré “l’apartheid social, ethnique, territorial”, qui se serait installé en France. Il semble désormais regretter l’emploi d’un mot aussi chargé politiquement et symboliquement.