Le Défenseur des droits a estimé dans une décision transmise jeudi à l’AFP que le maire de Champlan, accusé d’avoir refusé d’enterrer un bébé rom dans son cimetière fin décembre, avait donné une consigne illégale et discriminatoire à ses services.