À la suite de l’affaire Cahuzac, François Hollande s’est lancé mercredi dans “une lutte implacable contre les dérives de l’argent” en annonçant une série de mesures censées moraliser la vie politique. La magistrature se montre sceptique.