Manuel Valls a engagé mardi la responsabilité du gouvernement pour faire adopter la loi Macron. Selon l’article 49-3 de la Constitution, le texte sera considéré comme adopté à moins qu’une motion de censure ne soit adoptée.