Manuel Valls, qui a engagé mardi la responsabilité de son gouvernement pour faire adopter la loi Macron, a justifié son passage en force par sa “très grande détermination” à réformer le pays et par le besoin d’autorité des Français.