Comme attendu, le Conseil de l’Europe a estimé mercredi que la France violait la Charte sociale européenne sur les châtiments corporels infligés aux enfants en ne les interdisant pas de façon “suffisamment claire”.