Le Premier ministre français Manuel Valls a fait part dimanche de “son angoisse” face aux gros scores promis par les sondages au FN, un parti en mesure de gagner, selon lui, la présidentielle dès 2017.