Les recherches ont repris mercredi matin dans les Alpes, au lendemain du crash de l’Airbus A320 de Germanwings, qui transportait 150 personnes. Un travail d’enquête qui s’annonce difficile, notamment en raison de la nature escarpée du terrain.