Trois mois après l’attentat contre “Charlie Hebdo”, le plan Vigipirate est toujours activé et près d’un millier de CRS sont mobilisés tous les jours pour surveiller les lieux sensibles. Un rythme intense qui épuise les policiers.