Peu de temps avant son assassinat au siège de “Charlie Hebdo”, le journaliste et économiste Bernard Maris avait envoyé son dernier manuscrit à son éditeur. Une déclaration d’amour lucide et inquiète à la France.