Environ la moitié des jeunes qui rentrent d’Irak ou de Syrie ne sont pas poursuivis en justice. L’État veut cependant les prendre en charge dans une structure qui sera créée d’ici la fin de l’année. Une initiative positive, mais incomplète.