Une information judiciaire va être ouverte à Paris sur les allégations de viols sur mineurs qui auraient été commis entre 2013 et 2014 par des soldats français dans un camp de réfugiés de Bangui, en Centrafrique.