Dans de nombreux récits post-apocalyptiques, l’impulsion pour la fin de l’ordre et de la raison est un « soulèvement des robots » : l’idée selon laquelle des robots créés par les humains ont acquis une conscience et veulent, soit leur liberté, soit régir les humains. La question est, cela pourrait-il vraiment se produire ? La race humaine pourrait-elle être réduite en esclavage ou même anéantie par une intelligence artificielle ? Une IA et une armée hypothétique de robots pourraient-elles signifier la fin de notre temps ?

Stephen Hawking pense que trop d’intelligence artificielle pourrait représenter un tremplin vers notre fin. Bien que le célèbre scientifique dépend de l’intelligence artificielle et de la robotique pour l’aider à faire face à son handicap, il croit cependant que « Une fois que les humains auront développé l’intelligence artificielle, celle-ci va prendre d’elle même son envol et se restructurer à un rythme sans cesse croissant. ». Les êtres humains ne peuvent tout simplement pas rivaliser avec les capacités dont dispose une IA à apprendre et à s’adapter rapidement, en raison de nos restrictions et de nos besoins biologiques. Est-ce à dire que les robots pourraient nous dépasser en matière d’intelligence ? Hawking ne prédit rien qui aille aussi loin.

L’idée d’une intelligence artificielle qui devienne un soutien pour l’homme existe depuis au moins un siècle. Le test absolu pour savoir si un robot, ou toute autre IA, est oui ou non indiscernable d’un humain (par exemple, capable de tenir une conversation spontanée complète) est le test de Turing, qui a été développé par Alan Turing il y a plus de 65 ans. L’idée selon laquelle les robots seront essentiellement en mesure d’interagir avec nous, de la même manière que les autres humains, existe depuis un certain temps. Bien que certaines personnes pensent qu’il pourrait s’agir là d’une interaction guère amicale, beaucoup d’autres insistent sur le fait que ces robots peuvent être utilisés dans des secteurs où les gens sont moins susceptibles de vouloir travailler, telles que les usines, ou là où un travail moins onéreux est nécessaire, comme les soins de santé au quotidien. Dans le cas des soins de santé, ces robots peuvent également avoir un effet apaisant et utiles sur leurs patients.

Toutefois, Steve Wozniak, cofondateur d’Apple, est plus direct dans son idée de l’avenir. Wozniak s’interroge : « Serons-nous des dieux ? Serons-nous des animaux de compagnie ? Ou serons-nous des fourmis qui se piétinent ? Je n’ai aucune réponse à cela, mais quand je m’imagine être traité comme un animal domestique par ces machines intelligentes… et bien, je me mets à traiter mon chien avec beaucoup plus de sympathie ». Il est d’accord avec d’autres leaders en matière de technologie, tels que Hawking et Elon Musk, sur le fait que l’avenir puisse ne pas être le meilleur endroit où vivre en tant qu’être humain. Devrions-nous réfléchir à des moyens de rendre nos ordinateurs portables plus heureux ?

Elon Musk, propriétaire de SpaceX et innovateur technologique, a également quelques idées sur ce que nous réserve l’avenir. Ami du PDG de Google, il a eu un regard privilégié sur la rapidité avec laquelle peut évoluer la technologie qu’utilisent les consommateurs moyens. L’IA de Google est bien connue, avec des voitures à conduite autonome et un moteur de recherche quasi-psychique. Un Tweet du compte Twitter de Musk en 2014 déclare « Nous devons être extrêmement prudents avec L’IA. Potentiellement plus dangereuse que les armes nucléaires ». Cette manière de penser n’est pas nouvelle, la prise du pouvoir par les robots est un trope récurrent des histoires de science fiction depuis les années 1960. Devons-nous nous inquiéter que l’utilisation croissante des robots puisse mener cette idée à bien ?

Enfin, penchons-nous sur les idées du gourou de l’informatique le plus connu au monde, Bill Gates. Gates n’est pas étranger à l’AI ou aux robots mais, bien qu’il croit que les robots sont là pour faire le bien, il déclare « Je ne comprends pas pourquoi certaines personnes ne se sentent pas concernées » quand il en vient aux possibilités. Personne ne dit que les robots représentent un avenir inquiétant, ou que l’intelligence artificielle est un domaine qui devrait être évité. Mais il est important d’étudier ces questions car nous allons vers un avenir où les robots seront plus nombreux que les humains. Faut-il imposer des limites à ce que les robots peuvent faire ? Faut-il mettre en place des « plans de secours » et des moyens de contrôle des IA en cas d’urgence ? Ou devons-nous faire confiance à nos capacités de programmation et n’attendre que le meilleur ?

Quel que soit votre point de vue sur ce débat, il est important de noter que l’avenir ne peut qu’inclure la robotique et l’intelligence artificielle. Nous n’avons peut-être aucun moyen de prédire exactement comment ces interaction se dérouleront, si nous nous retrouverons avec des alliés amicaux ou des ennemis en colère, mais nous pouvons influer sur la façon dont cela finira. Si nous développons L’IA avec précaution et nous assurons de créer nos nouveaux compagnons dotés de tous les dispositif de sécurité, notre avenir peut devenir celui où les robots et les humains sont heureux de travailler conjointement.

Armée de robots

Des milliers de RB1, la mascotte de RobotShop, attendant de mettre la robotique à votre service !

Sources :

http://trove.com/a/Elon-Musk%E2%80%99s-nightmare-A-Google-robot-army-annihilating-mankind.qVIJ2?utm_campaign=hosted&utm_medium=twitter&utm_source=sns

http://www.washingtonpost.com/blogs/the-switch/wp/2015/01/28/bill-gates-on-dangers-of-artificial-intelligence-dont-understand-why-some-people-are-not-concerned

http://www.washingtonpost.com/news/speaking-of-science/wp/2014/12/02/stephen-hawking-just-got-an-artificial-intelligence-upgrade-but-still-thinks-it-could-bring-an-end-to-mankind/

http://www.washingtonpost.com/blogs/the-switch/wp/2015/03/24/apple-co-founder-on-artificial-intelligence-the-future-is-scary-and-very-bad-for-people/