Près de 400 migrants, venus essentiellement de la corne de l’Afrique, vivent aujourd’hui entassés dans un campement sauvage installé à la Chapelle, dans le nord de Paris. Inquiète des risques d’épidémie, la ville veut dissoudre ce “bidonville”.