Les députés français ont refusé jeudi, en seconde lecture, de supprimer l’amendement d’un sénateur, assouplissant la loi Evin. Une décision qui va à l’encontre des avis répétés de membres du gouvernement, dont la ministre de la Santé.