Les taxis ont finalement refusé de se rendre à Matignon et décidé de “poursuivre le mouvement” national. La décision du ministre de l’Intérieur de faire interdire par le préfet de police de Paris l’activité d’UberPOP est jugée insuffisante.