Les enquêteurs ont découvert dans le portable de Yassin Salhi, suspecté d’avoir décapité son employeur dans l’Isère, un selfie envoyé à un Français qui combat dans les zones de jihad irako-syriennes.