Vivement critiqué pour avoir parlé de “guerre de civilisation” en évoquant la lutte contre le terrorisme islamiste, Manuel Valls a réagi lundi. “Nous ne sommes pas en guerre contre une religion”, a précisé le Premier ministre.