Libéré en décembre après trois ans de captivité au Mali, Serge Lazarevic se sent abandonné. Dans l’incapacité de travailler ou de changer de logement, celui qui fut le dernier otage français exprime son difficile retour à la normale.