Un jihadiste de l’EI avait demandé à l’un des trois suspects du projet d’attaque contre un site militaire des Pyrénées-Orientales de “frapper” en France, a révélé le procureur de la République de Paris. Les trois jeunes hommes ont été mis en examen.