Jean-Marie Le Pen sera à nouveau jugé en correctionnelle pour ses propos sur les chambres à gaz, qualifiés de “point de détail de la guerre”, réitérés le 2 avril dernier. Le cofondateur du FN dénonce une “persécution”.