Ni rançon ni coup de force. Ce serait grâce à un échange de prisonniers que les sept otages français auraient été libérés. Mais Paris pourrait aussi, en contrepartie, faire preuve d’indulgence dans le dossier des biens mal acquis…