– Docteur, dit le patient d’un psychiatre, je souffre à 45 ans que ma mère me traite toujours comme un bébé.
Après avoir consulté sa montre, il enchaîne :
– Avant de poursuivre, je vais vous demander la permission de passer, pour quelques minutes, dans la salle d’attente où elle est restée. C’est l’heure qu’elle me change mes couches.