Un rapport d’inspection révèle que près de 50 000 personnes travaillent au noir pour l’État, dont 40 500 pour le ministère de la Justice. La chancellerie annonce que la situation, qui dure depuis plus de 15 ans, est en cours de régularisation.