Le Front national a été mis en examen mercredi pour recel d’abus de biens sociaux et complicité d’escroquerie. Les juges soupçonnent des responsables du parti d’avoir mis en place un système de surfacturations lors des législatives de 2012.