Trente-six ans après la mort de l’ancien ministre Robert Boulin, une information judiciaire a été ouverte, jeudi, pour “enlèvement et séquestration suivi de mort ou assassinat”. Jusqu’à présent, la thèse du suicide était privilégiée.