Dans un argumentaire de 21 pages publié ce vendredi, le PS s’indigne de la politique de rigueur imposée à l’Europe par la chancelière allemande. Un discours “germanophobe” susceptible de durcir la relation entre les deux pays, accuse la droite.