Après le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, plusieurs responsables du gouvernement français ont dénoncé les attaques au vitriol lancées par le Parti socialiste contre la chancelière allemande Angela Merkel. Berlin n’a pas réagi.