Des chercheurs canadiens ont identifié une enzyme, la G3PP, qui neutralise les effets nocifs des excès de sucre dans l’organisme. En agissant sur l’utilisation du glucose et des lipides par les organes, elle permet d’imaginer de nouveaux traitements contre le diabète et l’obésité.