Pour des rapporteurs de l’ONU, l’état d’urgence en vigueur en France “impose des restrictions excessives et disproportionnées sur les libertés fondamentales”. Ils demandent que la disposition ne soit pas prolongée au-delà du 26 février.