L’état d’urgence pourrait être prolongé au-delà du 26 février. Alors qu’une majorité de Français soutiennent cette mesure, beaucoup de défenseurs des droits de l’Homme craignent son impact sur les libertés individuelles.